Christophe CARRERAS

Soyez curieux, lisez-moi !

Get Adobe Flash player

Storiz

1984-1998 > carreRAS (Rien à Signaler)

Je pourrais me dire que tout a commencé en 1984 mais de cette merveilleuse année au cours de laquelle je vis le jour, je ne me souviens pas de beaucoup de choses. Amputée de 17 jours, c’est aujourd’hui, avec l’année en cours, la seule que je n’ai pas vécue dans son intégralité.

Je pourrais décrire chacune de mes années d’enfance, de jeunesse et d’adolescence, mais ça n’apporterait pas grand-chose à mon parcours artistique. Parce qu’avant tout, ce qui vous intéresse, ce sont mes projets et mes créations…


 

1999-2004 > Préliminaires

La fin du XXe siècle annonce le début de mes maux et les mots qui les accompagnent. Poésie et prose se mêlent à mes sentiments – exutoire de mes pensées qui ne trouvent pas la voie de la parole.

Mon premier roman (inachevé) naît de ma première rupture amoureuse. A l’Ouest de l’Indien ne sera qu’un échappatoire à mon amour parti…

Le début du XXI e conduit mon corps sur les planches avec quelques premières scènes lycéennes. Les textes d’une camarade de classe, Zohra Taouil, me conduisent à jouer deux années de suite. Je joue également dans Des Jumeaux de Thierry Danard en 2002.

Puis les poèmes prennent la forme de textes courts, nouvelles expresses et expressives sur le sentiment amoureux. 4, Impasse d’En Cypria voit le jour en 2003. Le manuscrit est envoyé à de nombreuses maisons d’éditions sans grand enthousiasme de leur part. le projet terminera dans un placard.

L’année suivante, Au-delà du délire ! sort de mon esprit tordu – théâtre délirant sur le rêve d’un homme en terres édeniennes, et se verra monté par une troupe associative nouvellement créée, « Histoires de Scènes ». Hélas, l’association avortera avant même sa première représentation – expérience enrichissante et décevante à la fois.


 

2005-2006 > Big Bang

Ayant découvert la création de sites Internet, je me lance dans la conception d’un site sur trois petites souris : les Mickey 3d avec Le web a peur. Il s’agit du premier projet artistique que je réalise et qui trouvera un public : les fans mais aussi le groupe qui signalera le site comme référence du groupe. Le chanteur, Mickaël Furnon, me confiera même quelques années plus tard les rennes Internet de son projet personnel, Mick est tout seul. L’aventure s’arrêtera en juin 2009, avec la fin de la première génération du groupe stéphanois.

Je rejoins Scéniques Kyrielles, atelier universitaire dirigé par Jean Bonnet avec qui je monterai deux spectacles basés sur l’improvisation (Variations sur le Pétage de plombs & L’air du temps). Je rencontre aussi la troupe du Four à Pain de Villers sur Trie (60) avec laquelle je termine la saison de la pièce « Les parasites sont parmi nous » d’Yvon Taburet.

L’année suivante, l’écriture et le théâtre se rejoignent pour la première fois et une seconde création rencontre le public. 1000 personnes pour être exact. Où vont les canards ?, satire de la télé réalité, sera montée et jouée par la troupe du Four à Pain. Rires et fous rires sont aux rendez-vous.

 


2007-2008 > Eaux troubles

De séparations en histoires courtes, ma vie sentimentale est un chaos de sentiments. Où suis-je ? Où vais-je ? Les mots reviennent au galop en exutoire de mes amours. Naît un premier recueil, Les coquelicots sont éphémères, bilan de mes amours passées. Il trouve le chemin de l’auto-édition début 2008. 80 exemplaires sont vendus.

En octobre, après un récit fantastique et mailistique au-dessus de la Baignoire, un second recueil, plus travaillé, plus sombre, naît de mes cendres lacrymales. Nuages de Princesses est un travail sur le je, sur l’adolescence au féminin. 12 jeunes filles parlent d’amour à différents âges sur fond de faits divers. Livre abouti (celui dont je suis le plus fier à ce jour), il ne connaîtra pas le même succès que son prédécesseur – la couverture y est sûrement pour beaucoup.


2009-2010 > Collectif

Au cours d’une exposition dans un village du Vexin, je fais la connaissance d’Aurélie Gallois, artiste peintre. Ensemble nous nous lançons dans le projet d’une association culturelle, Art Niak, dont l’objectif est de mêler les arts entre eux. De cette association naissent deux livres illustrés, un pour les adultes, Les points sur les i, la véritable histoire de l’humanité, et un pour les enfants, La tête dans les étoiles.

L’année suivante, je retrouve l’association pour une exposition collective où je présente mes premières photographies et j'écris onze poèmes pour illustrer Onze couples joyeusement torturés d’Aurélie ainsi que Les 7 pêchés capitaux de Laë, ma compagne. L’association continue son chemin, découvrez-la ici.

En compagnie de Laëtitia Rastrelli, nous nous lançons dans de nombreux projets artistiques. Textes et illustrations avec Lucifer, récit fantastique et sentimental avec Elleza, projet de contes illustrés et détournés.

Je rejoins le Théâtre de la Passerelle avec qui je joue "Le Père Noël est une ordure". Au cours du premier semestre 2010, la pièce connaît un grand succès dans les salles où nous jouons.

Devenu papa, je mets mes projets en pause. La fièvre créatrice me poursuit quand même. Une rencontre quelques mois auparavant avec Rébecca Grammatyka, comédienne professionnelle, conduit au montage d’un de mes textes, Vent Divin, pour lequel je n’interviens pas.


2011 > Eden

Les tiroirs recèlent de trésors et j’avais adapté en roman ma pièce de théâtre Au-delà du délire !. Suite à une rencontre avec une éditrice sur un salon du livre, une édition d’un de mes livres est programmée. Eden sort en 2011, le jour du printemps. Une aventure édenienne à souhaits dans les méandres de la Création.

Carrers del Amor, une série de photographies autour des déclarations d’amour en plein jour, tourné dans quelques expositions du Vexin.

En fin d'année, Maman s'en va, emportant avec elle un bout de moi...


2012 - 2013 > Contes de Sarerrac & Dix ans déjà

En 2012, un projet de plongée dans les contes de mon enfance prend forme. Initialement illustré par Laë Rastrelli, le recueil prend forme en parfaite autonomie. J'écris les textes et conçoit en parallèle onze portraits photographiques. Août 2012, avec la participation de onze modèles et les précieux conseils de Xavier Blondeau à la lumière, les portraits sont tirés.

Fin d'année, deux séries de photographies existent. Les Contes de Sarerrac et Histoire d'amour sont deux concepts mêlant photos et textes.

28 février 2013, 100 exemplaires de mes Contes de Sarerrac sortent des presses de l'autoédition et n'attendent qu'une chose, plaire au plus grand nombre...

Le 9 novembre 2013, je publie Dix ans déjà, mon premier thriller. Commencé début 2010, il trouve la voie de l'autoédition 4 ans plus tard, accompagné d'une préface de Yoli de Alba, fidèle lectrice. Le livre plonge le lecteur dans un huis-clos normand entre la noirceur des livres policiers anglais et le glauque des films d'horreur.


2014 > Comme un éditeur

Une année s'achève sans création... Quelques textes de-ci, de-là, des ébauches, des débuts, des avortements... Deux projets en gestation, dont un en compagnie de Laë... Nous vous le dévoilerons peut-être l'année prochaine... Toutefois, si je n'ai pas été créatif, au sens personnel et littéraire du terme, j'ai été un peu comme un éditeur pour quatre projets :

  • Octostrophes, le recueil des élèves de l'atelier d'écriture,
  • Le voyage, projet personnel d'une des participantes à l'atelier,
  • Serendipity, recueil des poèmes d'une amie pour ses trente ans,
  • La décision, projet de roman pour lequel j'ai écrit la préface et dont la sortie officielle, destinée au commerce, se fera dans quelques temps.

2015 - 2016 > Centre Social & écriture

2015 : A l'Ouest de l'indien fête ses quinze ans, Le web a peur ses dix ans et cette nouvelle version de Nuages de Princesses est le dixième livre que je propose à la vente. En résumé : heureux non-anniversaire moi-même ! Sept ans après avoir édité la première version de Nuages de Princesses, une nouvelle édition voit le jour agrémentée de nouveaux textes et de 22 photographies en couleur.

A côté de cela, l'atelier d'écriture continue son chemin. En 2015, deux ouvrages voient le jour. Le premier est un témoignage suite aux attentats du début d'année (Je suis Charlie), le second le fruit d'une année de collaboration autour du fait-divers (Déca Danses). En 2016, l'atelier d'écriture sort une aventure hors-norme, leur premier roman, Jeanne. C'est aussi l'année où l'une des participantes franchit le pas et autoédite son premier livre.

En 2013, le Centre Social m'avait missionné pour écrire un livre témoignage, Le Centre Social Rural du Vexin-Thelle fête ses 50 ans. Le 11 juin 2016, le livre voit le jour et réunit 50 témoignages d'élus, personnels et bénévoles ayant fait ou faisant vivre le centre social rural du Vexin-Thelle. Une première commande, un régal...